Histoire somme toute banale….mais qui perdure…

Un homme politique donne rendez-vous, cet après-midi-là, dans un hôtel, l’hôtel de luxe proche de l’Assemblée de Nationale, à une très jolie jeune femme – secrétaire du premier ministre-.
 Hélas, pour lui, son épouse se trouve dans le même hôtel. Il doit pour cela, bien entendu, expliquer comme il le  peut, pourquoi il n’est pas aux débats parlementaires à  l’Assemblée et tente de lui dissimuler ses débordements.
Situation  ubuesque…s’il en faut ! Il lui faut donc trouver des subterfuges. Et tout cela donne l’occasion de mensonges inouïs et savoureux quand, de plus, le mari de la secrétaire arrive inopinément… Vaste chantier !
   


          
Entrées fracassantes, sorties tonitruantes, claquement de portes qui s’ouvrent et se referment encore et encore, des quiproquos déjantés et une mise en scène réglée au millimètre par José  PAUL. Il ne manque aucun ingrédient scénique pour nous entraîner dans ce vaudeville qui porte vraiment bien son nom…

Sous nos  yeux, au rythme des situations, les décors du plateau, signés Jean-Michel ADAM, se transforment, évoluent : celui du lobby, celui des  chambres, nous permettant ainsi d’apprécier – et le mot est faible – les personnages.
 
      

 

Le mari, la femme, l’amant, la maîtresse, le directeur de l’hôtel et…l’attaché parlementaire (tiens…tiens…) interprété savoureusement par Sébastien Castro, sans oublier Rudy Milstein en serveur évaporé mais ne perdant pas le nord…
Tout ce petit monde se croise et se recroise dans une atmosphère électrisée par la vie de l’homme politique incarnée magistralement par Pierre Cassignard) dont la maladresse de son collaborateur nous emmène dans un délire hilarant. Lysiane Meis  en épouse du député nous charme par son innocence juvénile et  ses sous-vêtements courts et transparents …réalisés par Juliette Chamaud.

                                                                                              

 
Les lumières de Laurent Béal habillent merveilleusement la pièce de Ray Cooney adaptée en France par Jean Poiret. On se souvient du duo Pierre Mondy et Jacques Villeret qui en furent les premiers interprètes.

Ne tardez pas ! N’hésitez pas !  Rire fait tant de bien… ! Je ne peux que vous recommander vivement de vous rendre au Théâtre Hébertot.
Quel que soit le moment que vous choisirez…n’oubliez pas que ...
« C’EST MIEUX L’APRES-MIDI » !
 
 


THEATRE HERBERTOT


78 Bis, Bld des Batignolles
75017 Paris

Tel : 01 43 87 23 23
 
Métro Ligne – Villiers/Rome
 
www.theatrehebertot.com 
                                                                                            
 

Fanny Schwarcfeld